Contact

Catégories

DERNIERS ARTICLES

Tout savoir sur le régime spécial de retraite de l’Opéra national de Paris

Shares

Note : les données présentées dans cet article sont issues du rapport statistique 2018 de la Caisse de retraite des personnels de l’Opéra national de Paris, et du rapport d’activité 2017/2018 de l’Opéra national de Paris.

Quelques jours avant le lancement officiel de la réforme des retraites par Emmanuel Macron, les organisations syndicales de l’Opéra de Paris ont annoncé un mouvement de grève le 24 septembre, pour protester contre la suppression annoncée du régime spécial de retraite de l’institution. Cet article vous présente le fonctionnement de ce régime et ses principales caractéristiques, démographiques et financières.

Qu’est-ce que le régime spécial de retraite de l’Opéra de Paris ?

Le régime de retraites de l’Opéra national de Paris est l’un des quarante régimes dit « spéciaux » (car non alignés sur le régime général, du public ou du privé) qui existent actuellement en France. Les principaux régimes spéciaux sont ceux de la SCNF, de la RATP ou d’EDF. Très variables selon leur secteur d’activité et leur poids en termes d’effectif salariés, ces régimes spéciaux concernent environ 0,5 million de salariés. L’Opéra national de Paris est l’unique institution culturelle, avec la Comédie Française, à disposer d’un régime spécial de retraite.

Pourquoi un régime spécial de retraites à l’Opéra national de Paris ?

Selon la Caisse de retraites des personnels de l’Opéra de Paris : « Depuis les premières mesures décidées, il y a trois siècles, par Louis XIV en faveur des artistes, l’Opéra national de Paris s’est toujours préoccupé des conditions de retraite de son personnel. Justifié par les spécificités des professions exercées, le régime spécial de retraite est devenu progressivement un des éléments du statut des salariés de l’Opéra ».

Toutefois, il n’existe pas à ce jour de régime spécial de retraite comparable dans les autres entreprises ou institutions de l’opéra ou de la musique classique, en régions par exemple. Les salariés de ces institutions y occupent pour autant des professions comparables, notamment en termes de pénibilité du travail ou de risque de carrière « courte » (danse notamment).

Près de 2 000 salariés concernés

Les personnes concernées par le régime spécial de l’ONP sont les salariés en CDI (quelle que soit leur profession : artistique, technique, administrative), et le personnel artistique en CDD (dont intermittents). Il faut justifier d’au moins un an de service à l’Opéra de Paris pour bénéficier du régime de retraites, et de quinze ans pour toucher une pension à taux plein. Fin 2017, le régime des retraites de l’Opéra national de Paris concernait environ 1 900 cotisants, pour 1 800 pensionnés.

Un régime financé à 50% par l’Etat

Le régime de retraites de l’Opéra de Paris n’est équilibré que grâce à la contribution de l’Etat. En 2017, il présente environ 27 millions d’euros de dépenses (dont 97% pour le versement des pensions de retraites), pour 27 millions d’euros de recettes. Toutefois, ces recettes ne sont financées qu’à 45% par les cotisations des salariés de l’ONP, alors qu’une subvention de l’Etat en verse la majorité du financement (52% soit environ 14 millions d’euros par an). Par comparaison, la subvention que l’Etat verse à l’institution pour son fonctionnement (hors retraites) est d’environ 95 millions d’euros en 2017.

Quel âge de départ à la retraite ?

L’âge légal de départ à la retraite diffère bien évidemment fortement selon les professions : 42 ans pour les danseurs, 50 ans pour les artistes du choeur (porté progressivement à 57 ans en 2029), 55 ans pour les professionnels techniques en cas de fatigue exceptionnelle (portés à 57 ans en 2024, puis 62 ans en 2029), 60 ans pour les artistes de l’orchestre, chefs de chant, pianistes accompagnateurs et 62 ans pour les autres personnels. Par comparaison, l’âge légal de départ à la retraite pour les salariés du régime général est de 62 ans.

Quel impact de la réforme des retraites sur ce régime ?

La réforme des retraites et le rapport Delevoye prévoit la suppression de l’ensemble des régimes spéciaux de retraite : « Des règles communes à tous, quel que soit son statut, et la fin des régimes spéciaux ». Aussi, les salariés de l’Opéra national de Paris auraient à l’avenir le même régime de retraite que les salariés de l’Opéra de Lyon, de la Philharmonie de Paris ou de l’ensemble des autres institutions culturelles, ce qui n’est pas le cas actuellement.

La barème de cotisations des salariés du régime de retraite de l’ONP serait identique à celui des salariés du privé (soit 28,12%), évolution qui concerne également les fonctionnaires. Leurs primes seraient désormais prises en compte dans le calcul des droits à retraite.

En termes de pénibilité, et de départ anticipé à la retraite, le compte professionnel de prévention (C2P), qui va être étendu aux régimes spéciaux, s’appliquerait donc à l’Opéra d Paris.

recent

Top