menu

recent

Contact

tags

Paris rend hommage à Mozart avec une superbe exposition à l’Opéra Garnier

Shares

Photos de l’exposition : © Christophe Pelé / OnP

Depuis le 20 juin dernier et jusqu’au 24 septembre 2017, une magnifique exposition se tient à l’Opéra Garnier. Elle présente les liens qui ont uni, et unissent maintenant, Mozart à la France. « Mozart, une passion française » est organisée en quatre parties :

  • « Les trois séjours de Mozart en France » présente les périodes durant lesquelles Mozart a séjourné dans notre pays. En 1763-1764 et 1766 tout d’abord, avec sa famille au grand complet. Il est présenté alors comme enfant prodige à la Cour de Versailles. Puis, de retour en 1778, cette fois seulement accompagné de sa mère, pour y rechercher un emploi après sa rupture avec Salzbourg. Ce dernier séjour sera l’une des périodes les plus sombres de sa vie. Non seulement l’échec de Mozart à Paris sera complet, mais sa mère y trouvera la mort. Dans cette partie de l’exposition, de nombreux extraits sonores, choisis avec la plus grande parcimonie, vous feront découvrir l’oeuvre écrite par Mozart en France (une playlist ci-dessous vous en donnera un aperçu) ;
  • « Mozart adapté au goût français » et « La consécration sur les scènes lyriques » montrent comment, dès 1801, Paris et la France ont peu à peu redécouvert Mozart. Tout d’abord en l’adaptant (langue et musique), puis peu à peu en donnant ses oeuvres sous leur forme d’origine. Y figurent notamment des maquettes de décors, des extraits de partitions, des affiches, ainsi qu’une magnifique reconstitution du Paris de l’époque (et ses dizaines de théâtres lyriques!), avec les dates de création de chaque opéra de Mozart dans la capitale ;
  • « Mozart aujourd’hui » présente enfin, photos et maquettes à l’appui, les principales productions lyriques de l’Opéra national de Paris au cours du XXe siècle. Les plus grands metteurs en scène ont en effet mis en scène Mozart à Paris, de Luc Bondy à Patrice Chéreau, en passant par Michael Haneke, Christoph Marthaler, Robert Carsen, et tout récemment, Anne Teresa De Keersmaeker.

La grande réussite de cette exposition tient à la fois à sa clarté et à la grande qualité des oeuvres exposées (originalité et diversité). Le visiteur a tout d’abord l’impression de revivre les séjours de Mozart à Paris, puis de découvrir peu à peu comment Paris et la France sont tombés amoureux du compositeur, malheureusement pour lui, quelques décennies trop tard. Elle se termine sous un feu d’artifice de costumes puis en vidéo avec quelques extraits des grandes productions d’opéras de Mozart en France.

Parmi les pièces mémorables exposées, on retiendra par exemple …

  • le manuscrit original de l’opéra Don Giovanni, que la cantatrice Pauline Viardot avait acheté avant de le léguer à la France ;
  • le costume de Chérubin des Noces de Figaro, que Cecilia Bartoli avait porté en 1990 dans la mise en scène de Strehler. Il s’agit à ce jour de son unique apparition à l’Opéra national de Paris ;
  • cette belle édition des « Sonates pour le clavecin qui peuvent se jouer avec l’accompagnement de violon, dédicacées à Madame de Victoire de France, par J.G. Wolfgang Mozart de Salzbourg, âgé de sept ans ». Ces sonates (K.6-7) étaient dédiées à la seconde fille de Louis XV, Louise-Marie-Thérèse de Bourbon (Madame Victoire). Deux autres sonates (K. 8 et 9) furent publiées avec une dédicace pour la Comtesse de Tessé, dame de compagnie de la femme du Dauphin.

On conseillera enfin d’acheter le catalogue de l’exposition. Outre de magnifiques reproductions et des textes passionnants, y figure une interview inédite de Cecilia Bartoli, réalisée par l’un des commissaires de l’exposition (Jean-Michel Vinciguerra).

Notre playlist Spotify « Mozart et la France »

facebook

Facebook Pagelike Widget

twitter

Top